Catégories
Soins et Podologie

IMC et blessures de surutilisation | Arène de podologie

Contexte: Pour identifier les personnes à haut risque de subir des blessures liées à la course, une compréhension factuelle des facteurs de risque associés aux blessures est nécessaire.

Objectif: Identifier les facteurs de risque démographiques et comportementaux associés aux blessures liées à la course.

Conception de l'étude: étude d'observation prospective de cohorte avec un suivi d'un an.

Méthodes: Les expositions, y compris le sexe, l'âge, l'indice de masse corporelle (IMC), le comportement (inventaire d'auto-évaluation de type A (TASRI)), l'expérience de course, d'autres activités sportives, les blessures liées à la course et les autres blessures non liées à la course ont été évaluées. avant ou au départ. Le résultat d'intérêt était une blessure liée à la course, définie comme toute plainte musculo-squelettique des membres inférieurs ou du dos causée par la course qui restreignait la quantité de course (volume, durée, rythme ou fréquence) pendant au moins 1 semaine. Tous les participants ont quantifié leur volume de course grâce au système de positionnement mondial (GPS) et ont utilisé une chaussure de course neutre. Le temps avant la première blessure pour chaque variable d'exposition a été analysé à l'aide d'un modèle linéaire généralisé, avec les kilomètres cumulés des séances d'entraînement comme échelle de temps.

Résultats: Un total de 930 individus ont été inclus dans l'étude, dont 254 ont subi une blessure liée à la course pendant un total de 155,318 km de course. En calculant les différences cumulées de risque de blessure (cIRD) (intervalles de confiance à 95%) après 500 km de course, le comportement TASRI de type B (cIRD, 11,9% (−0,5%; 23,3%); P = 0,04) s'est révélé être un prédicteur significatif de blessures, alors que l'âge entre 45 et 65 ans (IRSC, 14,7% (−2,1%; 31,5%); P = 0,08) et les blessures antérieures non liées à la course à pied (IRSC, 11,1% (−0,2%; 22,4 %); P = .05) ont été considérés comme cliniquement intéressants, bien que non statistiquement significatifs. De plus, les résultats des tests de across2 dans 4 groupes d'IMC ont également révélé une relation significative limite (P = 0,06). Aucune relation significative ou cliniquement pertinente n'a été trouvée pour le sexe (P = 0,42), les blessures liées à la course (P = 0,47), l'expérience de course (P = 0,30) et les autres activités sportives (P = 0,30).

Conclusion: Les résultats de la présente étude suggèrent un IMC> 30 kg / m2, un âge entre 45 et 65 ans, un comportement non compétitif et des blessures antérieures non liées à la course sont associés à un risque accru de blessures chez les coureurs débutants, tandis que l'IMC <20 kg / m2 était protecteur. Pourtant, le rôle des facteurs de risque dans le mécanisme causal conduisant à la blessure doit être étudié.

Cliquez pour agrandir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *