Catégories
Soins et Podologie

La parabole métatarsienne et l'arc transversal du pied.

Les membres ne voient pas ces annonces. S'inscrire.

Voici un fil de BiomchL (qui comprend certains de mes premiers matériaux de Podiatry Arena) qui explique l'importance de la parabole métatarsienne dans la raideur du pied dans une position ultérieure.

  • 1
    Rigidité du pied et chaussures

    28 juin 2017 04:43

    1. Ce qui suit propose une hypothèse pour un mécanisme par lequel le pied devient plus rigide lorsque les orteils deviennent plus dorsiflexes pendant la démarche. Si elle est vraie, une question posée par l'hypothèse est de savoir quel effet les chaussures ajustées pourraient avoir sur la fonction du pied.

      Ainsi, l'hypothèse, qui peut être ancienne ou même erronée, est la suivante.

      J'ai commencé par regarder une radiographie du pied humain prise du côté dorsal. Dans la zone de l'avant-pied, cela montre clairement que les métatarsiens s'étendent distalement à des degrés différents. J'ai entendu une ligne qui relie les têtes métatarsiennes appelée "parabole métatarsienne", alors allons-y avec pour l'instant. Cette parabole est dans le plan horizontal mais c'est cet agencement qui donne naissance à l'arc lors de la transition du pied en posture tardive.

      Considérez comme une structure analogue aux métatarsiens, les doigts de la main.
      Placez votre main à plat sur un bureau avec les bouts des doigts distants de quelques mm (ignorez le pouce)
      Maintenant, en gardant les pointes les plus fines en place sur le bureau, soulevez la main du bureau en pivotant autour du bout des doigts jusqu'à ce que vous atteigniez un angle entre les doigts et le bureau d'environ 70 degrés. Regardez maintenant les doigts les uns par rapport aux autres. Ils ont formé une structure en arc. (Pensez à un morceau de gouttière d'environ un pied de long poussé dans le sable à un angle de 70 degrés. La partie de la gouttière que vous pouvez voir au-dessus du sable est similaire à la structure des doigts que vous avez créée sur le bureau et similaire au métatarsien arc formé lorsqu'un pied, à plat sur le sol, se transforme vers le pied avec les orteils devenant plus dorsiflexes.

      Alors, comment l'énergie est-elle stockée dans ce système? Revenons à la main.
      Si vous essayez l'expérience main / bureau ci-dessus, vous remarquerez que le majeur des quatre doit se plier pour rester au même endroit sur le bureau. Avec un pied en transition, cette flexion est probablement remplacée par un déplacement vers l'avant des deuxième et troisième têtes métatarsiennes et des orteils associés provoquant le stockage d'énergie dans le ligament transversal distal.

      Les têtes métatarsiennes des premier et deuxième orteils inférieurs se déplacent-elles distalement, par rapport aux autres orteils, lorsque les orteils se déplacent en position dorsilflexe? Vous pouvez facilement essayer cela par vous-même en enlevant vos chaussures et vos chaussettes. Assis sur une chaise et en déplaçant votre pied d'une position plate à une position avec le talon levé et en observant les mouvements des orteils, mais pour moi, la réponse était oui.

      Ce qui précède explique également la répartition de la pression sous l'avant-pied.

      Voilà donc la théorie sous une forme approximative.

      Des pensées ?

    2. Cordialement
    3. Gerrard Farrell

      Glasgow

    4. scotfoot, Hier à 19:17

    Mots clés: raideurs du pied, métatarses, arc transversal

  • (IMG)
    Karl Zelik(kzelik28)
    Membre Senior
    • Date d'inscription: janvier 2011
    • Messages: 21

    Partager

# 2
28 juin 2017, 14h00
Re: Rigidité du pied et chaussures

Bonjour Gerrard, je pense que ce récent article peut être intéressant et pertinent:

Yawar, Ali et al. "Contribution de l'arc transversal à la raideur du pied chez l'homme." arXiv preprint arXiv: 1706.04610 (2017).
https://arxiv.org/pdf/1706.04610.pdf

Bonne chance,

  • (IMG)
    Gerrard Farrell(Gerrard Farrell)
    Membre Senior
    • Date d'inscription: décembre 2015
    • Messages: 116

    Partager

# 3
29 juin 2017, 05:09 AM
Re: Rigidité du pied et chaussures

Salut Karl,
Le document auquel vous faites référence ne pouvait pas vraiment être plus pertinent, car c'est lorsque j'ai examiné son contenu que j'ai proposé la théorie exposée dans le premier article.
J'ai aimé leur idée de billet de banque et la comparaison avec une nageoire de poisson (voir ci-dessous). Le concept d'une structure "géométriquement plate, mais fonctionnellement incurvée" était nouveau pour moi et pourrait bien expliquer une certaine rigidité de la voûte, bien que la position progresse à travers l'orteil je sens que l'arc transversal distal deviendra incurvé structurellement ainsi que incurvé fonctionnellement.

J'ai également aimé leur idée de stockage d'énergie dans le ligament transversal, mais je pense que plus d'énergie sera stockée qu'ils n'en ont calculée en raison du mouvement de la tête métatarsienne décrit dans mon premier article.

Il y a quelque temps, un article a été publié qui proposait que les muscles intrinsèques du pied aident à stabiliser les structures squelettiques du pied afin que d'autres groupes musculaires plus importants puissent fonctionner plus efficacement (1).

Si un arrangement de billets de banque des métatarsiens se produit dans le pied pendant la marche, en partie via la façon dont les métatarsiens sont attachés aux os du tarse et en partie en raison de la "parabole métatarsienne", alors je peux voir l'intérêt de stabiliser cette structure et estiment que le papier Mckeons a un réel mérite.

J'ai placé quelques articles sur le papier que vous avez mentionné sur un autre site et les ai inclus ci-dessous

Cordialement
Gerry

(1) Le système de base du pied: un nouveau paradigme pour comprendre intrinsèque – NCBI
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24659509
par PO McKeon – 2015 – Cité par 60 – Articles liés
21 mars 2014 – Le pied système central: un nouveau paradigme pour comprendre intrinsèque pied fonction musculaire. McKeon PO (1), Hertel J(2), Bramble D (3), Davis I (4).

1.
Contribution de l'arc transversal à la raideur du pied chez l'homme
Ali Yawar, Lucia Korpas, Maria Lugo-Bolanos, Shreyas Mandre, Madhusudhan Venkadesan
(la source)
#scotfootMembre actif
Les appendices peuvent donc être "géométriquement plats, mais fonctionnellement incurvés". Le pied humain a-t-il donc un arc transversal fonctionnel placé en distal?

Gerry
Gerrard Farrell
Glasgow

2.
scotfootMembre actif
Suite aux articles 3 et 4 ci-dessus, il y a quelque temps, j'ai écrit ce qui suit –

Extrait
"D'abord, je me suis trouvé une surface appropriée comme le linoléum. Ensuite, j'ai enlevé mes chaussures et mes chaussettes et je me suis tenu à côté d'un mur pour me soutenir. Ensuite, en prenant la plupart de mon poids au départ sur le pied droit qui était maintenu à plat sur le sol, j'ai mettre mon pied gauche en position d'orteil afin que seule la plante du pied et les orteils soient en contact avec le sol. Ensuite, j'ai soigneusement transféré un peu de poids sur le pied gauche et enfin, avec la balle du pied et des orteils sous une certaine pression , a fait pivoter le pied vers l'extérieur, produisant un couple. J'ai constaté que les orteils jouaient un rôle important dans la résistance à la rotation vers l'extérieur et qu'ils commençaient également à s'éloigner les uns des autres, ce qui pouvait éventuellement engager les adducteurs (veuillez noter que je ne suggère à personne de copier la séquence d'exercice ci-dessus ou des blessures peuvent en résulter)
Alors peut-être que les orteils peuvent aider de manière significative l'adhérence sur une surface plane et rigide? "

Après avoir lu le document mentionné au post 3 (1), il me semble maintenant plausible que l'orteil et donc l'écartement de la tête métatarsienne causés par le couple produit pendant le mouvement du pied détaillé dans l'extrait ci-dessus, pourraient produire un effet de pliage des billets de banque plus marqué que appui sur l'avant-pied seul. Augmentant ainsi la rigidité du pied en réponse à l'augmentation du couple du pied pendant la marche / la course.

Gerry
(1)
(Contribution de l'arc transversal à la raideur du pied chez l'homme
Ali Yawar, Lucia Korpas, Maria Lugo-Bolanos, Shreyas Mandre, Madhusudhan Venkadesan
(la source)
Gerrard Farrell

Glasgow

3.
scotfootMembre actif
Cette analyse vidéo (1) d'une nageoire de poisson permet d'expliquer leur hypothèse. Pour ma part, bien que l'hypothèse telle qu'elle s'applique au pied puisse expliquer une petite partie de la raideur du pied, je crois que l'arcade transversale distale apporte la majeure partie de sa contribution à la rigidité de l'arche via un mécanisme différent.

Gerry
(1) Vidéo illustrant le mécanisme sous-jacent induit par la courbure …

(IMG) ▶ 1:04

29 mai 2017 – Transféré par Shreyas Mandre
Raidissement induit par courbure d'une nageoire de poisson, Khoi Nguyen, Ning Yu, Mahesh M. Bandi, Madhusudhan Venkadesan …
Gerrard Farrell

Glasgow

4.
scotfootMembre actif
Je pense que la théorie proposée dans l'étude Ali Yawar et al, ci-dessus, peut avoir une certaine validité, mais je ne pense pas que leur protocole d'étude soit un moyen valide de le tester. Je ne crois pas non plus que le mécanisme qu'ils décrivent joue un rôle majeur dans le pied. raideur .

De plus, à mon avis, l'étude ci-dessous (1) et toutes ces études ne montrent pas qu'il n'y a pas de fonction d'arcade transversale distale mais montrent plutôt qu'il y en a.
1
Z Orthop Ihre Grenzgeb. 1995 juillet-août; 133 (4): 335-40.
Des mesures ultrasonores (n = 172) et des investigations de pression plantaire (n = 119) sont effectuées sur les pattes antérieures d'adultes en bonne santé, afin de constituer une corrélation entre la forme et la fonction de l'arcade métatarsienne antérieure. L'épaisseur de la plante du pied a son maximum sous la 2e tête métatarsienne et son minimum sous les 1er et 5e rayons. Les valeurs de pression les plus élevées se trouvent aux 2e et 3e têtes métatarsiennes. Il est conclu qu'en dépit de la configuration en arc de l'avant-pied, il n'y a pas de fonction structurelle de l'arche. Le principe biologique d'un rembourrage adéquat des points de pression résulte, en fonction de la charge, d'une épaisseur différente des tissus mous de la plante du pied. La pression plus élevée sous les têtes métatarsiennes centrales s'accompagne de coussinets de tissus mous plus épais et d'une position plus dorsale de ces rayons.
Gerrard Farrell

Glasgow
Dernière modification par Gerrard Farrell; 1er juillet 2017, 13h35. Motif: Espacement du texte

  • (IMG)
    Gerrard Farrell(Gerrard Farrell)
    Membre Senior
    • Date d'inscription: décembre 2015
    • Messages: 116

    Partager

# 4
30 juin 2017, 15:34
Re: Rigidité du pied et chaussures

En prenant le contenu des messages précédents dans son ensemble, il semble tout à fait possible que la voûte transversale du pied fournisse la majorité de la rigidité du pied requise pour une démarche économe en énergie. Il semble également probable que l'arc transversal distal devienne plus prononcé lorsque l'avant-pied est chargé et les orteils deviennent plus dorsiflexes.
En ce qui concerne le maintien de la structure du pied, le rôle principal des muscles intrinsèques du pied est peut-être d'aider à maintenir l'intégrité de la voûte transversale du pied et non de la voûte longitudinale.
Par exemple, la tête oblique de l'adducteur hallucis pourrait être considérée comme une entretoise transversale résistante à la torsion du système transversal.

Gerry

Gerrard Farrell

Glasgow

  • (IMG)
    Gerrard Farrell(Gerrard Farrell)
    Membre Senior
    • Date d'inscription: décembre 2015
    • Messages: 116

    Partager
    # 5
    10 juillet 2017 04:51
    Re: Rigidité du pied et chaussures

    L'expérience de réflexion suivante peut aider à expliquer comment une arche transversale s'étendant des tarses, le long des métatarsiens et dans l'avant-pied peut aider à augmenter la raideur du pied pendant la démarche.

    Prenez d'abord un disque de bois d'une épaisseur de 1 pouce et d'un diamètre de six pouces et divisez-le en deux parties semi-circulaires égales. Ensuite, orientez les deux sections arquées verticalement et directement face à face et à environ six pouces de distance. Créez ensuite 5 trous également espacés dans les deux surfaces en regard à environ un pouce des bases. Ensuite, prenez une longueur de canne de bambou, d'environ six pouces de longueur et fixez ses extrémités dans le trou 1 des deux sections arquées en regard. Faites de même avec les 4 autres trous en regard dans les sections arquées. Imaginez maintenant le tout collé ensemble (ou, si vous préférez, attaché ensemble avec de l'intestin ou un autre matériau pour mieux représenter les ligaments)

    Vous devriez maintenant avoir une image mentale de quelque chose qui ressemble à une grille-pain.
    Ramassez maintenant la construction par les deux embouts arqués, un dans chaque main. Tournez les mains vers l'intérieur, en appliquant une force et la construction fléchit.

    Imaginez maintenant une deuxième construction mais cette fois, les trous ne sont PAS placés le long d'une ligne droite à un pouce des bases des pièces d'extrémité arquées (respectivement, le ligament transversal sous tension et les tarses), mais placez-les à la place en suivant la courbure de l'arc afin que les connecteurs en bambou (les métatarsiens) contribuent à faire partie d'une structure en arc transversal qui résiste mieux à la flexion (comme un morceau de gouttière).

    Il convient également de noter que dans la première construction, les sections de canne (métatarsiens) fléchissent sur leurs longueurs, mais dans le deuxième exemple, la canne est soumise à une compression et à un étirement auquel elle est mieux à même de résister.

    Gerry
    Dernière modification par Gerrard Farrell; 10 juillet 2017, 04:54 AM.

  • (IMG)
    Gerrard Farrell(Gerrard Farrell)
    Membre Senior
    • Date d'inscription: décembre 2015
    • Messages: 116

    Partager
    # 6
    13 juillet 2017 05:29
    Re: Rigidité du pied et chaussures

    En résumé, l'arc transversal peut être vu comme étant composé de cinq coupes sagittales, chacune correspondant à un métatarsien et à une composante de l'arc transversal des tarses. Chacune de ces sections est en outre composée de ligaments et par une composante du fascia plantaire (dans l'ensemble, le pied peut être considéré comme ayant cinq arcs longitudinaux composés chacun d'un métatarsien, d'un arc tarse, d'un calcanéum et d'un talus soutenus par des ligaments et du fascia plantaire )

    La section médiale la plus médiale (qui fait partie de l'arc longitudinal médial) est composée de l'arc tarsien, du premier métatarsien, des ligaments et du fascia plantaire.

    Nous avons donc cinq métatarsiens dans l'arc transversal, qui sont à leur tour unis par des sites d'attachement proximaux et distaux communs (arc du tarse et ligament transverse – voir le post précédent).

    Lors d'une posture postérieure, l'existence d'une "parabole métatarsienne" fait que les métatarsiens donnent naissance à un arc transversal placé distalement qui, pris ensemble avec le reste de l'arc transversal, fournit la rigidité nécessaire pour cette phase de marche.

    J'ai omis les muscles intrinsèques du pied du système parce que je considère de plus en plus que leur rôle (autre que d'aider à contrôler le mouvement des orteils) est essentiel pour maintenir la voûte transversale du pied lors d'une posture ultérieure. Cependant, ils ne le font pas principalement en résistant au poids corporel mais plutôt en contrôlant la configuration de l'arc transversal. C'est-à-dire qu'ils ajustent le cadre osseux / ligamentaire du pied et ce cadre, aidé par les muscles extrinsèques du pied, soutient le corps pendant la démarche. (voir PO Mckeon et al ci-dessus post 3).

    Si tout ce qui précède est vrai, alors des éléments intrinsèques faibles ou "sous-éduqués" conduiront éventuellement à des problèmes majeurs avec l'ensemble du système conduisant peut-être à une défaillance tissulaire plus proximale.

    Si tout cela commence à ressembler à une expansion très similaire de Mckenzies "demi-dôme" et Mckeons (1) "noyau de pied", alors c'est parce que je pense que les deux idées sont valables puisque l'existence d'une parabole métatarsienne prolongerait la moitié dôme dans l'avant-pied lorsque la rigidité du pied est le plus nécessaire.

    Des pensées ?
    Gerry
    (1)Le système de base du pied: un nouveau paradigme pour comprendre le pied intrinsèque …

    bjsm.bmj.com ›Archive› Volume 49, numéro 5
    par PO McKeon – 2015 – Cité par 63 – Articles connexes
    Nous intégrons ensuite le concept de noyau de pied dans l'évaluation et le traitement du pied. Enfin, nous appelons à une prise de conscience accrue de l'importance du …
    Dernière modification par Gerrard Farrell; 17 juillet

  • Gerrard Farrell(Gerrard Farrell)
    Membre Senior
    • Date d'inscription: décembre 2015
    • Messages: 116

    Partager
    # 9
    14 septembre 2017, 07:14 AM
    Re: Rigidité du pied et chaussures

    Une grande partie de ce qui précède semble avoir été soigneusement résumée en images avec ce lien. Regardez les deux premiers chiffres, de gauche à droite, et les métatarsiens en particulier.

    Lien https://www.biomedcentral.com/collections/footwear

  • (IMG)
    Gerrard Farrell(Gerrard Farrell)
    Membre Senior
    • Date d'inscription: décembre 2015
    • Messages: 116

    Partager
    #dix
    16 septembre 2017, 06:47 AM
    Re: Rigidité du pied et chaussures
    En ce qui concerne les articles précédents, le lien avec le document ci-dessous (1) peut être intéressant, en particulier "D'autres facteurs peuvent être responsables de l'augmentation de la pression observée, telle que la réduction de l'amplitude des mouvements des articulations métatarsophalangiennes et l'augmentation de la rigidité des tissus mous plantaires ".
    Donc, en regardant cette phrase, j'ai commencé à m'interroger sur la raideur accrue des pieds des patients diabétiques et l'impact possible que cela pourrait avoir sur les pressions plantaires sous les têtes n ° 2 et n ° 3 en particulier.
    Plus tôt dans le fil, j'ai écrit "Parabole métatarsienne + posture terminale = arc transversal distal. Ça ne peut pas être autrement."

    Pour que cela soit vrai, les têtes rencontrées doivent pouvoir se déplacer les unes par rapport aux autres, permettant ainsi une répartition de la pression sur l'avant-pied pendant la marche. Mais que faire si la raideur induite par le diabète empêche que cela se produise? Les têtes rencontrées étant incapables de se déplacer les unes par rapport aux autres, alors, en position tardive, la pression sous la tête # 2 en particulier peut provoquer des ulcérations répétées.

    Alors, que peut-on faire ? Le professeur Isabel Sacco a fait beaucoup de travail dans le domaine de la mobilisation des tissus du pied et de la cheville rendus plus rigides par les effets du diabète, et elle a montré que ces tissus répondent bien et deviennent moins raides, en utilisant des méthodes de physiothérapie telles que le renforcement et l'étirement.

    Alors, comment pouvez-vous étirer l'avant-pied à travers les têtes rencontrées, leurs capsules associées et le ligament métatarsien profond.

    Peut-être comme suit. D'abord un extrait de plus tôt dans ce fil –

    "D'abord, je me suis trouvé une surface appropriée comme le linoléum. Ensuite, j'ai enlevé mes chaussures et mes chaussettes et je me suis tenu à côté d'un mur pour me soutenir. Ensuite, en prenant la plupart de mon poids au départ sur le pied droit qui était maintenu à plat sur le sol, j'ai mettre mon pied gauche en position d'orteil afin que seule la plante du pied et les orteils soient en contact avec le sol. Ensuite, j'ai soigneusement transféré un peu de poids sur le pied gauche et enfin, avec la balle du pied et des orteils sous une certaine pression , a fait pivoter le pied vers l'extérieur, produisant un couple. J'ai constaté que les orteils jouaient un rôle important dans la résistance à la rotation vers l'extérieur et qu'ils commençaient également à s'éloigner les uns des autres, ce qui pouvait éventuellement engager les adducteurs (veuillez noter que je ne suggère à personne de copier la séquence d'exercice ci-dessus ou des blessures peuvent en résulter)
    Alors peut-être que les orteils peuvent aider considérablement à l'adhérence sur une surface rigide et plate? "

    Cet étirement pourrait permettre de mobiliser les tissus en question, permettant ainsi un mouvement de la tête rencontré et d'éviter une très grande pression sous # 2, provoquant une ulcération. Cependant, la méthode d'étirement peut facilement provoquer des déchirures tissulaires entre les orteils si elle n'est pas effectuée sous la supervision d'un expert, au moins pendant un processus d'apprentissage pour le patient, et ne doit donc pas être tentée sans la supervision d'un professionnel de la santé qualifié (et même alors seulement en suivant correctement essais ) .

    Les risques peuvent-ils éventuellement être réduits si l'exercice s'avère bénéfique?
    Cela peut être possible en ne réalisant l'exercice qu'en position assise pour réduire les forces d'étirement impliquées. De plus, au lieu d'utiliser un matériau comme le linoléum sous les pieds, un matériau de type gel approprié pourrait être utilisé, dont la consistance permettrait au gel de se déformer ou même de se déchirer, si un patient, peut-être atteint de neuropsie sensorielle, applique des forces d'étirement susceptibles de se produire Dommage tissulaire .
    Gerrard Farrell

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *