Catégories
Soins et Podologie

Propriétés du coussinet adipeux plantaire | Podologie Arena

"jeune homme" – je souhaite: plus de gris que de rose ces jours-ci (au moins visuellement)!

Voici une discussion extraite de Falsetti et al qui résume bien une perspective basée sur les ultrasons qui, comme cela sera évident, donne un aperçu unique qui est autrement inaccessible, du moins in vivo. Bien que cette étude porte principalement sur les maladies inflammatoires, elle considère utilement une image plus large.

«Le coussinet adipeux du talon est une structure fibroadipose sous-calcanéenne hautement spécialisée qui joue un rôle important dans la mise en charge sans douleur. Des études histologiques ont démontré à la fois des terminaisons nerveuses libres et des corpuscules paciniens situés dans le coussinet adipeux. Ces résultats suggèrent que la douleur sous-calcanéenne pourrait provenir du coussinet adipeux lui-même (23, 24). La douleur sous-calcanéenne a été associée à diverses anomalies du coussinet adipeux du talon. Des études antérieures ont identifié l’atrophie du coussinet de talon (qui peut résulter de traumatismes répétitifs ou de changements dégénératifs) comme la principale cause du «syndrome du coussinet adipeux» (1, 4, 24.

Le modèle dégénératif-atrophique s'est avéré être significativement corrélé avec des anomalies du fascia plantaire telles que l'enthésophyte et l'enthésite. Nous concluons que la lésion dégénérative-atrophique du coussinet adipeux du talon est une caractéristique fortuite qui pourrait être associée à des changements chroniques de l'enthèse sous-calcanéenne. De plus, cette lésion ne semble pas être responsable de la talalgie.

Je suis assez curieux de connaître ce dernier paragraphe; ce qu'ils impliquent, c'est que s'il y a des preuves d'une autre pathologie, alors cela prime (au moins en termes de génération de douleur) sur les changements observés dans le coussinet fibro-graisseux plantaire. Je peux comprendre le raisonnement mais remettre en question l'intégrité logique, d'autant plus que, comme on le verra, ce qu'ils décrivent comme un modèle inflammatoire-œdémateux en tant que générateur de douleur présente certaines similitudes et ne diffère que par l'emplacement de la néovasularistion et l'absence d'autres signes. Pourquoi le modèle dégénératif-atrophique ne pourrait-il pas également être un générateur de douleur ou un effecteur primaire de la génération de douleur (par exemple, une périostite?) Ou un co-générateur?

Ils continuent

«Le schéma inflammatoire-œdémateux n'a pas été clairement décrit par d'autres auteurs. Des études antérieures ne rapportent que des cas sporadiques de collections de liquide dans le coussinet adipeux du talon associés à une fasciite plantaire au cours de la SpA, mais on ne sait pas si cela reflétait une bursite sous-calcanéenne ou un œdème causé par le fascia enflammé adjacent (9, 10).

Cependant, aucune étude anatomique n'a mis en évidence des bourses sous-calcanales muqueuses ou synoviales (25). L'œdème périfascial est parfois associé à une fasciite plantaire importante (5, 26). Cet œdème apparaît à l'examen échographique sous la forme d'une fine bande hypoéchogène entourant l'enthèse enflammée, alors que la lésion inflammatoire-œdémateuse touche presque toute l'épaisseur du coussinet adipeux du talon »

Je pense que c'est un point important et cohérent avec ce que j'ai remarqué cliniquement.

«Dans notre étude de cas, le profil inflammatoire-œdémateux était relativement fréquent chez les patients atteints de PR (6,6%) et n'était pas associé à une fasciite plantaire ou à un enthésophyte. Les caractéristiques échographiques de cette lésion (hypoécogénicité marquée, compressibilité et marges mal définies) suggèrent qu'elle pourrait être déterminée par rupture focale des cloisons de tissu fibreux avec nécrose et œdème graisseux associés. Des études antérieures soutenant cette hypothèse ont rapporté des anomalies de composition et des propriétés biomécaniques viscoélastiques de la graisse corporelle et de la graisse du talon chez les patients atteints de PR (7, 27). Une faiblesse du tissu adipeux chez certains patients atteints de PR pourrait être responsable de la fréquence relativement élevée des cas bilatéraux de cette lésion.

Peut-être également présent chez ceux sans autre preuve de maladie inflammatoire ??

«L'examen US Doppler couleur / puissance de cinq patients présentant un profil inflammatoire-œdémateux a montré l'absence de vascularisation détectable au sein de la lésion (région œdémateuse centrale) et la présence d'une vascularisation périphérique modérée (vascularisation réactive inflammatoire). D'autres études US Doppler couleur / puissance sont nécessaires pour mieux définir la vascularisation de cette lésion. Des nodules rhumatoïdes ont parfois été décrits dans le coussinet adipeux du talon de patients rhumatoïdes (11). On peut exclure le fait que les lésions observées au sein du coussinet talon des patients rhumatoïdes étaient des nodules rhumatoïdes. En effet, les nodules rhumatoïdes présentent une échogénicité hétérogène et une faible compressibilité, alors que les lésions inflammatoires-œdémateuses du coussinet adipeux du talon présentent une hypoéchogénicité et une compressibilité marquées.

Presque tous les patients présentant une atteinte inflammatoire-œdémateuse du coussinet du talon présentaient une douleur sous-calcanéenne importante, malgré l'absence de fasciite plantaire ou d'enthésophytes. Cependant, aucun patient n'a été traité par des injections locales de corticostéroïdes en raison du risque théorique de nécrose graisseuse induite par les stéroïdes et d'une éventuelle aggravation de la lésion (24). Seul un examen américain a permis de déterminer la cause réelle de la douleur sous-calcanéenne. À notre avis, un examen échographique est recommandé dans tous les cas de douleur sous-calcanéenne, afin de différencier les lésions à l'origine de ce syndrome et de choisir le traitement le plus approprié ». (Falsetti et al., 2004).

Voici quelques images illustratives de meilleure qualité tirées d'un article publié ultérieurement par les mêmes auteurs (Falsetti et al., 2006). Ils ont commenté

«Les lésions structurelles du coussinet adipeux du talon (HFP), documentées avec des échelles de gris US, ne semblent guère répondre à la fois aux anti-TNFa et aux traitements conventionnels, alors que tous les patients traités par anti-TNFa ont rapporté, après 3 mois, une réduction considérable dans la douleur et la réduction de la vascularisation de la lésion HFP à l'examen PDUS. De plus, deux patients traités par thérapie conventionnelle et orthèse ont montré une réduction de la douleur (2/3 talons) ou non modifiée (1/3 talon), avec une réduction de la vascularisation dans 2/4 talons. Ces données suggèrent que la douleur sous-calcanéenne dans les lésions HFP pourrait être associée à une hypervascularisation. Nous avons préféré ne pas utiliser d'injections de stéroïdes en raison du risque possible de provoquer une nécrose graisseuse, en particulier avec des composés fluorés, comme indiqué dans des travaux précédents (5) »

Patient C.C. femme, 43 ans, talon droit. (A) IRM sagittale pondérée en T1 montre une masse mal définie (tête de flèche) dans le HFP, inférieure au calcanéum (C) et au fascia plantaire (PF). L'intensité du signal est légèrement hétérogène et iso-intense pour le muscle. (B) IRM sagittale pondérée T2 démontre un signal accru de la lésion HFP avec une structure hétérogène et des marges plus définies. Le fascia plantaire et la moelle osseuse sous-calcanéenne présentent des structures normales. (C) Le balayage US sous-calcanéen longitudinal documente une lésion HFP hétérogène (entre les pointes de flèche), avec un tissu échogène suspendu au contenu de liquide hypoéchogène. PDUS démontre un modèle périphérique de grade 2 de vascularisation de la lésion HFP. (D) Après 3 mois de traitement par l'étanercept, l'échographie montre une légère réduction du diamètre de la lésion HFP tandis que le PDUS montre un schéma périphérique de vascularisation de grade 1.

1.png

2.png

D'un point de vue américain, je remarque une certaine similitude entre l'apparence échographique des changements du coussinet fibro-graisseux plantaire vus sous le talon et ceux de l'avant-pied (à l'espace inter-métatarsien et associés à la distension de la bourse antérieure, la névrite numérique plantaire et toute la controverse autour de appelé «névrome de Morton»).

Une question sur laquelle je réfléchis est de savoir si ces changements pourraient avoir quelque chose à voir avec la production d'acide hyaluronique en tant que réponse cellulaire au stress mécanique. Cela pourrait être cohérent avec l'apparence mystérieuse de kystes ganglionnaires qui sont également mal compris et semblent se développer en association avec des sites de contraintes mécaniques accrues.

Je téléchargerai des images illustratives de certains patients sans preuve de maladie inflammatoire ou de problèmes d'enthèse, mais qui ont une douleur chronique au talon plantaire et des signes de coussinet fibro-graisseux plantaire dégénératif plus tard.

À votre santé

Martin

Clinique du pied St.James
1749, avenue Portage.
Winnipeg
Manitoba
R3J 0E6
Téléphone (204) 837 PIED (3668)
Télécopieur (204) 774 9918
www.winnipegfootclinic.com

BIBLIOGRAPHIE

FALSETTI, P., FREDIANI, B., ACCIAI, C., BALDI, F., FILIPPOU, G., GALEAZZI, M. & MARCOLONGO, R. (2006) Échographie et imagerie par résonance magnétique des lésions inflammatoires-œdémateuses du coussinet adipeux du talon dans la polyarthrite rhumatoïde. Journal scandinave de rhumatologie, 35, 454-458.
FALSETTI, P., FREDIANI, B., ACCIAI, C., BALDI, F., FILIPPOU, G. & MARCOLONGO, R. (2004) Implication du coussinet adipeux du talon dans la polyarthrite rhumatoïde et dans les spondylarthropathies: une étude échographique. Scand J Rheumatol, 33, 327-31.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *